Bienvenue !

Selon le  proverbe, la curiosité serait un vilain défaut mais pour moi c’est surtout une qualité qui nous permet d’explorer, apprendre, comprendre et expérimenter tout ce que le monde a à nous offrir.

Mais si la curiosité est une qualité, quand il s’agit de gagner sa vie, cela peut vite devenir un problème. On nous demande de choisir très tôt (trop tôt!) notre orientation et un métier pour gagner notre vie. C’est ce qu’être adulte veut dire (en tous cas c’est ce qu’on nous raconte).

Mais que se passe-t-il quand on est trop curieux pour ne choisir qu’une seule voie ?

Vos proches commencent secrètement (ou pas) à s’inquiéter pour vous (est ce qu’elle va enfin trouver sa voie ?)

Vous voyez vos amis s’installer dans la vie, obtenir des promotions, commencer à fonder une famille, s’acheter une maison ou un appart alors que vous continuez à errer et à vous poser des questions, à la recherche de VOTRE vocation. Et vous vous dîtes qu’à votre âge, quand même, vous devriez l’avoir trouvée !

Vous pensez que votre vie serait bien plus simple si seulement vous aviez trouvé LA chose que vous êtes supposé faire de votre vie. Et vous détestez (en secret) votre ami qui sait depuis la maternelle ce qu’il veut faire plus tard !

A moins que vous aimiez votre boulot, mais qu’il y a toujours ce petit truc qui vous gêne aux entournures et cette question qui revient régulièrement : Et si je changeais de vie ?

Je sais tout ça, parce que je suis passée par là !

photo

Je suis Camille Jeanmonod, trentenaire parisienne

Enfant, mon but principal était de m’intégrer parce que je savais que d’une manière ou d’une autre j’étais différente. J’étais métisse dans une banlieue majoritairement blanche. J’étais la plus jeune de ma classe parce que j’étais née en fin d’année et qu’en plus j’avais sauté une classe. Et quand j’ai dû choisir ce que je voulais faire plus tard, j’ai fait ce que je pensais que la société attendait de moi : choisir une seule voie et ne pas en changer.

Je voulais m’intégrer, je voulais être acceptée et me sentir à ma place. Et je pensais que cela voulait dire changer ce que j’étais, essayer de rentrer dans des cases même si je les trouvais bien trop étroites. Mais je n’y arrivais pas. Je ne pouvais pas. Je ne rentre pas dans les cases peu importe à quel point je le souhaite.

J’ai eu la chance que mes parents ne me forcent pas à vivre comme ils l’auraient voulu, ni à choisir trop vite.

Une fois mon bac en poche j’ai donc pu explorer pendant 6 ans : danse, communication, audiovisuel, sciences politiques, journalisme, service civique… passionnant.

Mais bon j’allais bientôt avoir 25 ans et je me suis dit qu’il était peut-être temps de trouver un vrai boulot et de me poser. C’est ce que j’ai  fait. J’ai trouvé un boulot… et j’ai démissionné 18 mois plus tard. Et encore une autre fois dans un tout autre domaine. A chaque fois, après seulement quelques mois je commençais à m’ennuyer et repartais à la recherche de ma vocation. C’était quoi mon problème ? Rétrospectivement, je n’en avais pas. Mais à l’époque je me sentais nulle. Tout le monde autour de moi semblait avoir trouvé sa voie, pourquoi pas moi ?

Créer ma vie multifacette…

Puis j’ai lu le livre de Barbara Sher « Refuse to choose » et celui de Margaret Lobenstine « Renaissance Souls ». J’avais trouvé ma place. J’étais ce qu’elles appelaient un scanner ou un esprit renaissance. Il ne me restait plus qu’à trouver ma propre manière de vivre cette nouvelle identité. Et peut-être que plus tard je pourrais aider les autres à faire la même chose ?  Alors je suis retournée sur les bancs de l’école pour étudier la psychologie.

Je me suis mise à mon compte par hasard

J’ai commencé à travailler en freelance pour un de mes précédents employeurs, puis on m’a donné l’opportunité de me faire de l’expérience dans mon nouveau domaine en tant qu’auto entrepreneur.  C’était le moyen parfait pour moi de gagner ma vie pendant mes études. Mais je pensais encore que dès mon diplôme en poche je trouverais un boulot à plein temps. En fait j’espérais encore avoir trouvé ma vocation… du moins jusqu’à ce qu’arrive la fin de mes études.

Alors un sentiment que je ne connais que trop bien est revenu : j’ai commencé à me demander « Et si je n’ai pas envie d’être psychologue du travail ? » L’angoisse et la peur étaient de plus en plus présente… jusqu’à ce que j’accepte que je n’avais pas à faire qu’une seule chose. Après tout, avoir plusieurs sources de revenus avait plutôt bien marché pour moi pendant ces dernières années et pour être honnête, je n’avais jamais été aussi heureuse professionnellement.

Je me suis donc demandé « Qui d’autre fait ça ? Comment ça marche ? ».

J’avais besoin d’inspiration alors j’ai fait des recherches et j’ai appris qu’il y avait plein de manières différentes d’être multipassionné. Je savais que je voulais créer mon propre truc, mais je ne savais pas vraiment quoi, ni même si j’avais le droit de le faire.

Alors j’ai commencé doucement, en partageant des parcours et mes pensées sur ce blog… et maintenant je passe à la vitesse supérieure.

… et vous aider à créer la votre !

Depuis quelques années je fais des bilans de compétences et du conseil en orientation de carrière. Et j’ai vite réalisé que les clients avec lesquels j’aime travailler le plus sont (surprise !) multipassionnés. Ils n’ont peut-être pas erré autant que moi, mais ils ont clairement envie de suivre leur curiosité, de sortir des carcans et de se créer leur propre chemin.

Alors j’ai commencé à me dire que je pouvais vraiment créer mon propre truc. J’ai expérimenté avec quelques cobayes. J’ai adoré mais je n’ai pas encore osé me lancer. J’ai dit pendant des mois que j’allais mettre mon offre de coaching en ligne mais j’avais peur et je ne l’ai pas fait… enfin jusqu’à maintenant !

Aujourd’hui j’ai rassemblé tous les outils que j’ai testé dans des programmes de coaching qui peuvent vraiment vous aider à créer (ou recréer) une vie multifacette qui vous ressemble.

Parce que, soyons honnêtes, le conseil en carrière classique a clairement ses limites pour les gens comme vous et moi. Nous ne voulons pas forcément faire qu’une seule chose et je n’ai aucune envie de vous aider à trouver un nouveau boulot en partant seulement de ce que vous savez déjà faire (parce que comme moi vous êtes probablement super doué pour faire des trucs que vous détestez faire). J’ai donc cherché d’autres moyens de vous aider, découvert de nouveaux outils, de nouvelles techniques que j’ai remis à ma sauce.

Donc en même temps que j’obtenais mon titre de psychologue du travail, j’ai obtenu ma certification MBTI et j’ai étudié le coaching avec plusieurs profs de divers courants (démarche appréciative, psychologie positive, etc.). Je me suis également formée auprès de Valérie Young et suis une Coach certifiée Profiting from your Passions.

Si vous voulez en savoir plus sur mes programmes de coaching, c’est par là.

Enfin, vous pouvez aller faire un tour sur le blog pour une dose d’inspiration pour vivre une vie passionnément curieuse.

A bientôt

Rendez-vous sur Hellocoton !