J’ai un aveu à vous faire…

Je sais, cela fait plus de 3 mois que je n’ai rien écrit. Mais vous avez probablement remarqué qu’il y a eu quelques changements sur le site, puisque j’ai officiellement mis mon offre de coaching en ligne et cela m’a pris pas mal de temps.

Mais si je suis vraiment honnête, oui, cela m’a pris du temps, mais ce n’est pas la seule raison. La vérité c’est que je suis une experte en procrastination et ce depuis toujours.

Depuis que je suis petite, je suis bien différente de ma sœur sur ce point. Quand elle avait des devoirs, vous pouviez être sure qu’elle allait commencer à travailler dessus le soir même.

Moi ? J’avais fortement tendance à m’en préoccuper la veille du jour où je devais le rendre. J’ai même commencé à réviser mon bac seulement quelques jours avant… il faut dire que Final Fantasy 7 était bien plus intéressant que les cours d’éco !

Enfin bref, pas de surprise donc que je me sois totalement reconnue dans le TED talk hilarant de Tim Urban quand je suis tombé dessus quelques jours après avoir publié mon dernier article.

C’est pour ça que je me suis dit que je devais absolument écrire un truc dessu dt à écrire. Parce qu’il y a toujours quelque chose d’autre à faire.

 

Mais je ne suis pas la seule !

Ce qui m’a le plus parlé dans ce TED talk, ce n’est pas le début (bien que ce soit toujours rassurant de voir qu’il y a pire que soi) car comme il l’explique, j’arrive à gérer ma procrastination la plupart du temps et les choses sont faites grâce au panic monster.

Le problème c’est le 2ème type de procrastination, celle qui concerne les situations où il  n’y a pas de deadline ou de délais à respecter parce que nous sommes tous concernés.

Parce qu’on a tous à un moment ou un autre le sentiment de procrastiner sur quelque chose, quelque chose de très important pour nous, quelque chose qui nous rendrait particulièrement fier, accompli ou épanoui, mais que nous ne faisons pas parce que… nous n’avons pas le temps… nous sommes bien trop occupés ou bien trop fatigués… on le fera demain (ou la semaine prochaine ou l’année prochaine).

Comme le dit Tim Urban, ce type de procrastination, « on en souffre souvent en silence et en privé. Il peut être source d’une énorme quantité de peine et de regrets. (…) La procrastination à long terme en a fait parfois des spectateurs de leur propre vie. La frustration n’est pas qu’ils ne peuvent pas réaliser leurs rêves, c’est qu’ils ne peuvent même pas faire le premier pas. »

hourglass-620397_1920

Il y a de tristes rappels…

C’est de ce genre de procrastination dont je parlais ici.

Et c’est de ce genre de procrastination que j’ai tristement du me rappeler il y a quelques semaines lors d’un enterrement. Je ne pourrais pas dire que le défunt était un ami car je ne l’avais rencontré que quelques fois il y a quelques années déjà. Mais il était un ami de mon compagnon depuis plus de 15 ans.

C’était le genre de personnes avec qui vous vous sentiez tout de suite à l’aise. Une personne curieuse et multipassionnée qui touchait à tout et apprenait toujours quelque chose de nouveau : la magie, la musique, le voyage et bien d’autres choses. C’était le genre de personne qui vivait à fond et qui nous a quitté bien trop tôt à à peine 36 ans.

Nous ne devrions pas avoir besoin de ce genre de rappel pour arrêter de procrastiner pour les choses qui sont vraiment importantes pour nous.

… et d’autres plus joyeux

Heureusement il y en a d’autres bien plus joyeux et qui expliquent aussi en partie mes 3 mois de silence sur ce blog.

Je suis ravie de pouvoir partager avec vous cette bonne nouvelle : en novembre prochain ma famille va s’agrandir et accueillir un autre petit garçon.

Beaucoup de changements en perspective donc dans les prochains mois, et j’ai donc décidé de consacrer du temps à réfléchir au type de vie que je veux pour moi et pour ma famille, et surtout aux moyens de l’obtenir.

Et pour être honnête, être enceinte est bien plus fatigant la deuxième fois : s’occuper du premier, lancer un nouveau business, tout en continuant à travailler pour mes autres clients (sans compter juste la vie et tout ce qui arrive déjà en temps normal).

Je n’étais donc pas prête à partager le résultat de mes réflexions jusqu’à maintenant, mais je le ferai avec plaisir dans les prochains mois.

 

Et vous ?

Si vous pensez avoir besoin d’aide pour réussir à vous créer une vie qui vous corresponde et qui incorpore tous vos centres d’intérets tout en payant les factures, allez faire un tour sur la page coaching pour en savoir plus sur les programmes que je propose.

Il est désormais possible de réserver une consultation gratuite (téléphone ou skype) pour voir si on peut travailler ensemble. C’est sans engagement.

 

 

Et sinon quel type de procrastinateur êtes vous ? Quel rêves attendent d’être réalisés ? Racontez nous dans les commentaires.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces HTML tags et attributs :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>